La Tête du Ruitor – 23/03/2019

Publié le 21 avril 2019 par karine

Samedi 23 mars

8h00 : Alt. 1200m. L’équipe se réunit au hameau de la Masure au dessus de Sainte-Foy-Tarentaise. La journée s’annonce longue et éprouvante ; Sevak, conscient de l’effort qui l’attend, met en place une stratégie nutritionnelle de sportif de haut niveau en prenant une première collation de trois pains au chocolat.

8h30 : Alt. 1250m. Nous rencontrons les premières difficultés avec une alternance de passages en neige-glace et en neige-goudron. Maîtrisant bien la technique du bitume je me permets de ne pas déchausser dans ces passages scabreux.

9h30 : Alt. 1600m. Avançant à un rythme endiablé Gabriella et Sophie traversent le village du Crot à la vitesse d’un troupeau de Tarine un jour de montée en alpage. Pour sûr, elles ne sont pas venues ici pour acheter du terrain.

11h00 : Alt. 1791m. Nous passons à côté du village de la Savonne dont les bâtisses ont perdu un peu de leurs cachets ; Ainsi que leurs toits…

11h15 : Daniel, notre chef d’expédition, nous demande si tout le monde a bien pris ses couteaux. Jérémy et moi lui répondons que nos opinels sont bien dans nos sacs avec le saucisson. Dany voit rouge…

11h30 : Alt.1924m. La vue s’ouvre et le décor qui nous entoure est à présent somptueux. Mont Pourri, Pointe d’Archeboc et Becca du Lac nous dominent. Daniel, empreint d’heureux souvenirs, nous dépeint la beauté du lac de la Becca et de ses rochers erratiques. Toute l’équipe l’écoute religieusement.

12h00 : Alt.2035m. Nous arrivons au refuge du Ruitor où nous laissons une partie de nos affaires ainsi que Daniel qui, consciencieux, préfère se préserver pour l’ascension du lendemain en buvant de la bière.

12h30 : Nous prenons la direction du sommet du Louprama sous la houlette de Sevak. Faisant valoir ses qualités de co-encadrant, il impose à l’équipe un rythme de 8 mètres de dénivelé positif par minute. Jeremy, très doué en topographie et en calcul mental, donne le tempo. Toute l’équipe suit bien sauf moi qui me perd un peu dans tout ces chiffres.

13h40 : Alt. 2585m. Sommet du Louprama. La vue n’est pas tant mal dans le coin. Nous enfourchons nos skis et autres surfs des neiges pour une descente dans une neige d’excellente qualité.

14h00 : Retour au refuge pour le casse-croûte du midi. Gabriela nous montre ses talents culinaires en nous présentant un plat à base d’épinard-pomme de terre pré-digérés et moulés en forme d’œuf. De la cuisine moléculaire sans doute.
Sophie nous présente son sympathique ami et co-gardien du refuge, Hervé. Ancien militaire à la retraite, Hervé semble trouver peu à peu la paix en montagne.
Nous entamons une discussion à propos du nord géographique de l’hémisphère sud qui, selon Sophie, serait l’équivalent du sud géographique de l’hémisphère nord. L’équipe est perplexe.
Je diagnostique les causes des problèmes orthopédiques d’une randonneuse de passage au gîte. L’équipe est très perplexe.
Il est temps d’aller faire une sieste…

18h : Le gîte est plein, Hervé aussi. Il nous fait un point météo pour la journée du dimanche ainsi que celle du lundi, du mardi… Il attire notre attention sur le fait que le risque d’avalanche est estimé à 1, qu’il fera grand beau temps et que le vent sera nul dans notre secteur. Sevak écoute avec beaucoup d’attention.

19h : A table ! Tel un maître d’hôtel de restaurant étoilé, Hervé nous annonce un à un les plats que nous engloutissons comme des affamés. Les diots et les pormoniers sont gras, le vin rugueux. Tout ce qu’il faut pour passer une bonne nuit en montagne.

Dimanche 24 mars

7h30 : Alt. 2035m. Après un petit petit-déjeuner, nous nous équipons pour notre deuxième grosse journée. Aujourd’hui le matériel de sécurité sur glacier est sur notre baudart et les crampons/piolets accessibles sur nos sacs.

10h30 : Alt. 3229m. Après une bonne bambée nous arrivons au sommet du Glacier du Grand et nous apercevons le sommet de la tête du Ruitor. Un long plat et un peu de dénivelé nous attendent encore avant d’atteindre notre objectif.

11h : Alt. 3400m. Nous arrivons au pied du sommet tant convoité. Sevak a eu la bonne idée la veille de repérer depuis le sommet de Louprama un couloir qui mène directement à la tête du Ruitor et nous propose d’aller voir comment ça se présente. C’est avec joie que nous acceptons de le suivre. Le couloir n’est pas vraiment visible depuis le pied de la face et il nous faut nous enfiler dans une sorte de faille pour en voir la couleur.

11h20 : Alt. 3436m. Magnifique ! Un petit couloir de 50° orienté N-NW d’un peu plus de 50 m en parfaite condition s’ouvre à nous. Crampons aux pieds et piolet à la main nous attaquons le couloir tout sourire ! Quelle ambiance !

12h : Alt. 3486m. Nous sortons au sommet du Ruitor. La vue est magnifique sur l’Italie : Grand Paradis, Grand Combin, Les 3 Monts… semblent tout proche. Au loin le Cervin magnifie encore un peu plus ce décor que l’on pourrait regarder des heures. Le froid et le vent nous invitent pourtant à prendre rapidement le chemin du retour.

Le reste de notre péripétie pourrait être d’avantage détaillé : la descente par le glacier de l’Invernet, la qualité de la neige de haute altitude, les innombrables plats du plateau de la Sassière qu’il faut parcourir en surf des neiges afin d’en tirer le maximum de plaisir, la qualité de la neige de basse altitude au printemps qu’il faut aborder plutôt skis au pieds pour en tirer toute la quintessence, les portages…
Pourtant comment retranscrire par des chiffres, des horaires, des altitudes, des vitesses, …, le bonheur incommensurable que nous avons eu à faire cet aller-retour jusqu’au sommet du Ruitor, le plaisir tout simple mais si intense d’être monté au sommet d’une montagne et d’être redescendu en glissant, la joie profonde d’avoir pu partager cette aventure avec une merveilleuse équipe…

Gaby, Sophie, Sevak, Daniel, Jeremy, un grand merci pour ce moment de partage ! Et à très vite pour de nouvelles aventures !

Marmotte

Catégorie: Ski de randonnée

Laissez un commentaire

Au GUMS .... toute l'année c'est la journée de la femme !