18.12 Lancement de la saison à la Goenne

Publié le 28 décembre 2021 par Éléna B.
Le rendez-vous est donné à 7h pont de Brogny. 5 Gumistes (Catherine, Luc, Bertrand, Elena, Jerome) se rejoignent dans la nuit et filent vers Manigod (5 dans la voiture, merci la galerie de toit, #GretaThunberg).
Après une petite heure de route le masque sur le nez et de la buée plein l habitacle, on arrive au parking. Une poignée de véhicules est déjà garée. Les portières s’ouvrent, un ciel dégagé se présente à nous, la matinée s’annonce belle. L’équipe se prépare, l’ambiance est bonne jusqu’à ce que le CAF se présente lui aussi au parking. Pour ne pas arriver trop longtemps après eux au sommet on se dépêche de partir et prendre de l’avance 🙂 .
Il est 8h06, nous commençons l’ascension.
La première partie se déroule en sous bois, vraisemblablement sur une piste forestière l’été. Nous croisons quelques insomniaques qui redescendent de leurs sorties fort matinales. Le petit groupe progresse bien. Nous sortons ensuite de la forêt pour arriver sur une terrain de jeu plus dégagé. Les encadrants profitent de la moindre occasion pour partager leurs connaissances aux petits nouveaux. L’observation nous apprendra que le manteau neigeux présente des coulés ici et là. Il faudra rester vigilant.
Nous progressons à une allure certaine vers la difficulté du jour, un goulet étroit et raide. Nous revenons sur 2 jeunes filles qui nous avaient doublé précédemment. Les conversions ne sont pas leur fort, elles paraissent fébriles. 2 Gumistes, en bons montagnards, se sont proposés pour leurs donner une assistance technique et psychologique afin de passer cette difficultés. Un beau moment de partage et d’entraide que l’on retrouve chez les montagnards et qu’on cultive au Gums.
Le dénivelé est avalé et on aperçoit le sommet ensoleillé en ligne de mire. Le passage du col qui surplombe le lac du Mont Charvin nous fait basculer au soleil. Nous profitons de conditions très printanières pour aborder la dernière difficulté. La neige est bien moins bonne avec l’exposition plein sud. Nous avons la joie d’observer 2 Gypaètes barbus à quelques dizaines de mètres au dessus de nos têtes. La dernière difficulté est bien entamée quand nous observons le groupe du CAF qui déboule sur notre gauche. Nous arriverons tous ensemble au sommet, il est 11h. Nous décidons de casser la croûte au sommet, au soleil.
La descente se prépare. L’itinéraire est en discussion. L’objectif est d’aller chercher la meilleure neige évidemment (en sécurité ndlr). Presque surpris de la qualité de la neige le petit groupe se régale dans la descente. En contre bas d’un petit stop d’attente et de repos nous observons le haut d’une belle coulée. La décision est prise de repeauter afin d’éviter la zone. Une centaines de mètres de D+ plus tard, on dépeaute et la descente peut reprendre. On observe ladite coulée depuis le bas. La fraîcheur de la coulée fait débat dans le groupe, mais après quelques observations elle semble bien recouvrir nos traces de la montée. La coulée est fraîche ! A-t-elle été déclenchée par un skieur précédemment ? Nous serions nous engagés dans ce goulet si le manteau n’avait pas décroché ? Aurions-nous alors déclenché la coulée ? Le mystère de la montagne restera entier.
Notre encadrante nous demande alors de passer chacun de nos DVA en mode recherche dans l’hypothèse où des victimes seraient dessous. Une réaction évidente, mais fallait y penser. Heureusement pas de signal. Une fois rassuré nous continuons la descente. La dernière partie en sous bois se transforme en un vrai border cross. Les cuisses chauffent. Des étoiles pleins les yeux nous rejoignons la voiture.
Les étoiles dans les yeux s’expliquent essentiellement par la boîte de meringues accompagnée de sa crème double qui nous attendait dans la voiture.
Une belle sortie de 4h30, 1100 d+. Vivement les suivantes.
Jerome
Catégorie: Vie du club, Actus, Ski de randonnée

Laissez un commentaire

GUMS : "Gros Usagers de Mondeuse de Savoie"