Croix d’Almet

Publié le 3 janvier 2022 par Bertrand C.

La croix d’Almet par la combe des fours : 5500m de dénivelé  en 7h . N’en doutez pas, c’est un altimètre autrichien* qui le dit !

Pour réussir cet exploit nous sommes partis sous une belle pleine lune sans frontale pour une première longue traversée suivie d’une remontée bien ventée de la combe des fours. Tellement ventée que la neige manque un peu pour l’arrivée au sommet : on met les crampons à moitié sur l’herbe à moitié dans la neige, pour atteindre le sommet tête baissée.

Au sommet, nous trouvons enfin le soleil et un magnifique panorama sur les Aravis. La descente se fait dans une neige pas complétement mauvaise, puis rempeautage pour attaquer l’autre versant de la combe. Nous contournons tranquillement la pointe d’Aufferand pour redescendre plein nord, et comme la neige devient bonne, voire très bonne, un membre du groupe propose de continuer à descendre, et encore descendre… (on ne sait jamais ce qui nous attend pour le reste de la saison, autant en profiter). Deuxième rempeautage, pour atteindre le col de la Colombière et rentrer tranquillement aux voitures. Nous observons de de belles reptations et des gueules de baleine et l’on se cultive même en apprenant que ce mot se dit de la même façon en allemand et en français.
La pause déjeunée a lieu 5 minutes avant l’arrivée aux voitures, mais sur un banc et une chaise et en plein soleil. Le seul homme du groupe est le gardien des traditions : du chocolat et un fond de génépi pour les derniers mètres.

6 skieurs rencontrés en 7h (ça change de la dernière saison), un renard, un chamois, un gypaète, un bon petit groupe, un super panorama, une bonne, voire, très bonne neige, quoi de mieux pour une première sortie ?

(*Les altimètres autrichiens, en pleine épidémie de covid, ont peut-être quelques faiblesses).

Hélène.

Catégorie: Vie du club

2 commentaires

  1. magnifique photos

  2. Merci pour ce bel récit et une superbe sortie! Ma première avec les gums!

    “Weu skifoarn is des leivandste, wos ma si nu vurstön kon.“ chanson de l’autrichien Reinhard Fendrich

Laissez un commentaire

Le carburant des Montagnards c'est le PINARD !