Séjour en étoile à St Véran 13 au 16 mars

Publié le 28 mars 2023 par Alexandre F.

Lundi 13 mars

7H15 chez Astrid, en sortant de la voiture, je tombe sur une paire de chaussures de ski de fond. Flute ! j’ai oublié les miennes. Un aller retour pour les récupérer et me revoila presque pas en retard mais chargé du compte rendu du jour… Allez, c’est parti direction le Queyras ! Nous devions initialement aller au grand Saint Bernard mais les importantes chutes de neiges et le vent fort nous ont poussés vers le sud. Guillaume fait la trace, il négocie mieux que moi la conversion au péage d’autoroute de Chambéry et prend une bonne avance. Nous arrivons au tunnel du fréjus.

« Heu, on devait acheter la carte 10 passages ou l’aller retour?

– ??? Attends je les appel. zut, ça marche pas ils sont dans le tunnel…»

Bien qu’un peu flous tous les souvenirs vont dans le même sens, c’est Catherine qui devait prendre la carte. Partons la dessus. Nous attaquons la traversée et un nouveau consensus gagne la voiture, il va falloir faire une pause pour aller au p’tit coin et vite de préférence. Mais ce diable de Guillaume est inarrêtable. Nous retrouvons finalement nos camarades devant un sympathique salon de thé Italien. Café, petit gateau, vexage de la boulangère « mais bien sur que ce sont des panetones !!! »

Nous voila requinqués pour finir la route.

Le gite est top. Après avoir déposé les affaires et mangé , nous partons découvrir le domaine de ski de fond. C’est mou, ça colle et ça monte, pas facile ! Heureusement, Malika connaît le domaine comme sa poche et nous trouve une piste bien à l’ombre ou on peut se faire plaisir. J’admire les pièces de musée de Chloé, moitié baton de ski de fond moitié canne de p’tit vieux. «  je crois que ça à pas trop pris… ».

Nous regagnons le gite et préparons la sortie du lendemain. Carte, boussole, loupe, points de repère, tangente à la courbe, stratégie d’évolution, raideur des pentes, tout y passe. Le terrain n’a plus aucun secret pour nous ! Enfin, on verra demain si ça ressemble à ce qu’on a imaginé…

C’est l’heure de l’apéro puis du repas.

Le patron tel une mama Italienne fait le tour des tables et s’assure que l’on fasse un effort. « Vous allez pas me laisser ça? »

On s’apercevra assez vite qu’il n’a rien d’un Chanoine du grand Saint Bernard, pas besoin de le pousser très fort pour qu’il dérive sous la ceinture…

Allez dodo car demain, il y a rando !

Alex

 

Mardi 14

Aujourd’hui c’est notre première sortie en ski de rando dans le Queyras, pour ce séjour de 4 jours en étoile.
Nous logeons à la Chalp de Saint Véran, à 1800m. Nous partons du gîte avec les skis aux pieds, avec comme objectif la tête de la Jacquette. Nous remontons les pistes de ski de fond dans le bois, avant d’arriver dans un pré. La neige est un peu tombée cette nuit (5 cm), mais surtout plusieurs heures de pluie… Le pré est en fait une immense piscine : sous la croûte, plusieurs dizaines de centimètres de neige détrempée.
Nous débutons notre ascension sur une face est. La neige est parsemée de pierre et de buttes de terre, mais nous parvenons à monter 150m comme ça. Au bout d’un moment il faut se résoudre à déchausser et poursuivre 50m avec les skis sur le dos. Le replat en haut, et l’itinéraire qui se tourne vers le vallon, laisse présager des conditions meilleures. Mais finalement non…
« Il faut trouver la frontière entre acharnement et persévérance ». Cela restera la phrase du jour. Résolus a redescendre et à entreprendre un vallon plus favorable, chacun.e sa technique : descente dans les cailloux, ou à pied comme à l’aller. Deux heures plus tard après notre passage initial tout en bas à l’embranchement des vallons, nous nous mettons en route pour Pic Cascavalet. La neige est plus fournie et nous serpentons entre les mélèzes. Nous atteignons une cabane d’alpage en pierre, et continuons sur un alpage dégagé.
Le brouillard s’est levé, et l’occasion est parfaite pour des exercices d’orientation, notamment la fameuse technique de (des skis) tangente à la courbe (de niveau) avec la boussole.
On arrive finalement au col, puis après avoir déposé des skis, parcourons à pied la vingtaine de mettre qui nous lie au sommet du Pic Cascavalet (2576m). Le brouillard ne nous permet pas de profiter de la pleine vue mais nous sommes heureux.ses d’être arrivé.e.s là.

Chloé

 

Mercredi 15 Pointe des Sagnes Longues, tour du Rouchon

Après une longue nuit de réflexion sur les considérations philosophiques de la veille, petit retour à la réalité à 7h30.
Il faut jouer des coudes à la machine à café pour se frayer un chemin et repousser les assauts incessants du groupe de touristes qui nous accompagne au gite.
…Je n’ai pas peur de la route. Faudrait voir, faut qu’on y goûte…
Départ ski au pied sur la route du col Agnel. Il fait beau, il fait chaud et les chiens sont de sortie!
Pas nous, mais les chiens de traineaux 😉 Moi qui voulait voir des toutous au col du grand St Bernard (la destination initiale de cette aventure) je suis ravi 🙂
On s’engage plus loin sur la droite pour commencer la montée en suivant la trace. Il faut passer un goulet, sortir les couteaux et doubler un guide qui lutte avec ses clients.
…Ton message à la Grande Ourse. Et la trajectoire de la course…
 
Pour la suite il faut faire la trace, nous sommes les seuls à ne pas faire la montée directe. Nous allons faire le tour du Rouchon parce que c’est cool, un tour.
Premier col et il faut redescendre un peu en face sud. La neige est lourde, mauvaise.
On fait une pause semi-déjeuner et le vent se lève.
Il reste 400m de D+ et ça souffle fort. J’ai attrapé une mauvaise toux (Covid long? Pneumonie courte? Vais-je passer la nuit?) et les rafales à 50kmh coupent le souffle.
Le final se fait sur une loooongue arrête bien ventée mais qui en vaut la peine. La vue au sommet est magnifique, à 360°
La descente est plus directe dans de la neige bonne et il ne reste plus qu’à se laisser glisser à la voiture en compagnie de chasseurs alpins qui débarquent de partout.
 
… Infinité de destins. On en pose un et qu’est-ce qu’on en retient?…
 
Sur le retour il nous reste du temps pour visiter Saint Véran, plus haute commune d’Europe.
Après un petit arrêt en terrasse où j’ai découvert un bon remède de grand mère pour ma toux (recette secrète de Panoramix) nous sommes rentré dans la boutique de produits locaux « l’écurie » tenue par le meilleur VRP du Queyras. Un artiste expressif, au croisement de Jean Pierre Coffe et Bernard Pivot.
Chloé à de quoi remplir ses cartes postales à base de « concomitant », « nonobstant » et « derechef » pendant que l’on gave nos paniers de course. Il est bon, ce bougre.
On a passé plus d’une heure dans la boutique et il faudra se passer du sauna par manque de temps!
Encore une bien belle journée pleine de surprises et de découvertes qui se termine toujours autour d’un bon repas.
Nous avons quand même deux premiers 3000 à ski à fêter dans le groupe!
 
…Tout disparaitra mais
Le vent nous portera…
Guillaume

Votre dernière mission si vous l’acceptez : Jeudi 16 mars la Tête du Longet 3146m

Notre bataillon de super gumiste se met en route , une avalanche de ciel bleu accompagnée d’un soleil radieux .
Vraiment c’est trop dur, nous commençons notre marche méditative pendant 2,5 km.

Alex notre major scrute les environs à la recherche de points remarquables, afin de rejoindre le Vallon du Longet.
Notre bataillon à l’affut également car je ne sais plus si on vous l’a précisé mais tous les soirs révision carto au programme ( azimut, tangente à la courbe…)
et oui c’est studieux ! Mais…toujours autour d’une bonne bière 🍻

On y est ! Le passage se présente à nous:
La clairière parsemée de petits pins, très bucoliques nous permet d’accéder à cette longue et magnifique combe. Il est 10h30, nous atteignons le col à 13h30 puis rejoignons la tête du Longet à 3146m.
Incroyable vue à 360 Mont Blanc, Mont Rose, Cervin, pic de Rochebrune, on doute ? Hop on sort la boussole, azimut à 320, on vérifiera ce soir.
Bon il est déjà 14h30. Le sommet c’est ok mais maintenant on passe aux choses sérieuses.

Ah nous la superbe neige, chacun attaque la descente avec son propre style, une neige changeante un peu croutée attention ! mais finalement pas de cascades au programme.

Il est temps de faire la pause casse croûte .

Nous profitons de cette halte pour admirer le paysage et déguster 4 variétés de tablettes chocolat.

Et pendant ce temps là au loin un bataillon d’une autre brigade se dirige vers nous !
Incroyable on dirait encore le 11e BCA de l’Ubaye, hier nous étions ensemble à la pointe des Sagnes Longues ! vraiment ils ne peuvent plus se passer de nous…

Arrivé à St Veran 16h : Mission accomplie, direction la terrasse de Costebelle pour nos supers gumistes.

Il est temps de  remercier notre major Alex et notre capitaine Guillaume qui nous ont accompagné formé challengé écouté et transmis leur savoir.
Nous avons beaucoup de chance.

Vivement la prochaine virée.

Malika

 

Catégorie: Nos dernières sorties, Ski de randonnée

Un commentaire

  1. Ah le Queyras! Un joli coin et quoi se faire plaisir quand la neige et le beau temps sont là! En tout cas je vois que vous vous êtes bien amusés!
    Merci pour les jolis CR

Laissez un commentaire

Au GUMS... toute l'année c'est la journée de la femme !