Echappée au Simplon

Publié le 23 avril 2023 par Bertrand C.

C’est déjà une expédition en soi d’organiser un raid. Elena, Dany et Bert’ ont passé quelques temps à monter une équipe, à choisir un coin alléchant, à réserver les refuges puis à s’intéresser à la logistique. Objectif: un parcours classique et beau, des Diablerets à Kandersteg. C’est en Suisse. Mais voici: les précipitations tant attendues pendant l’hiver arrivent en cette fin Mars et cela fait grimper le risque nivologique. Nous estimons que l’exposition sera trop forte pour ce plan en itinérance constante avec chaque jour un passage par un sommet à plus de 3000m. Nous lançons une opération de reconfiguration expresse et on change l’objectif, mais pas l’équipe et c’est là l’essentiel ! Notre destination sera un hospice religieux, celui du col du Simplon, entre Suisse et Italie. L’hospice est géré par la même confrérie que celle qui accueille au Grand Saint-Bernard.

https://fr.simplon-hospiz.com/

Après avoir franchi les cols des Montets et de la Forclaz puis remonté la vallée du Rhône jusqu’à Brig nous quittons l’axe principal pour gravir le col. C’est seulement en arrivant au col à 2000 m que nous trouvons enfin la neige !

La bâtisse de l’hospice en impose. Mais à peine arrivés nous découvrons au bar le charme de la bière « L’échappée ». Spiritueux à défaut d’être spirituels.

Voici ci-après quatre journées de montagne transcrites par quatre de nos participants désignés.

Lundi 3 Avril par Bertrand:

Une erreur d’orientation me vaut le compte rendu. Une erreur, que dis-je , un détail. 100 m de dénivelé, qu’est-ce donc sur un 6378 km de rayon de la terre. Enfin pour être précis 6378 km à l’équateur mais seulement 6350 aux pôles. Et dire qu’au XVIII siècle des savants ont donné quelques décennies de leur vie et assumé un périple souvent pénible jusqu’au Pérou pour établir ce fait (par la mesure d’un angle de méridien comparée à une mesure analogue au niveau du cercle polaire): la terre est aplatie aux pôles. Lire « Le procès des étoiles  » de Florence Tristram pour découvrir cette grande aventure et ce que peut être l’engagement scientifique.

Bref ce premier jour nous partîmes dans le brouillard, péclotâmes un peu pour la raison déjà évoquée (mea culpa) puis prîmes finalement notre rythme de croisière dans une météo devenue très favorable.

Objectif : le Spitzorli, une sympathique classique du coin qui nous offre une belle entrée en matière.

Vue magnifique sur le Fletschorn (le plus haut sommet du coin), le Mont Rose, le Weisshorn (le préféré de Jacques) et encore des sommets de l’autre côté de la vallée du Rhône, en Oberland.
Nous observons plus attentivement le Breithorn car c’est notre plan pour le lendemain.

Arrivés au sommet il n’y a pas de vent et nous pouvons nous poser pour casse-croûter.

La neige est étonnamment correcte à la descente, mode printemps-été 2023.

Rentrés à l’hospice six d’entre nous partent dans une voiture de cinq places pour un trajet afin d’appréhender les impressionnantes gorges de Gondo sur le versant Sud. Je joue le rôle du toutou et on m’enferme dans le coffre (Cf photo).

Au retour nous stoppons à Simplon Dorf où Dany nous paye un coup pour fêter… sa première sortie en ski de l’année ! Sic !
C’est autour des bières et de l’Orangina que Jacques nous donne une leçon d’histoire en évoquant notamment les italiens qui attaquent en 1940 la France déjà à genou et quasi conquise par les nazis !

De retour au col on va voir de près l’aigle du Simplon (Cf Photo).

##

Mardi 4 Avril par Jacques

Une coutume établie de longue date au Gums prévoit que la condamnation à la rédaction d’ un compte rendu de sortie repose sur l’ examen  de critères objectifs, vous avez oublié vos clés / chaussures / peaux / skis, vous êtes arrivés en retard au rendez vous etc etc, en tant qu’ encadrant vous vous êtes trompé de sommet / vallée / massif / pays ?

Mon comportement ayant toujours été exemplaire à tout point de vue [ndlr: Saint Jacques est avec nous] j’ en avais toujours été logiquement exempté, cette exception injustifiable  est une démonstration de pure malveillance à mon égard…

Le Breithorn sommet du jour, 1450 m de dénivelée, pas de quoi inquiéter les gazelles qui vont courir devant. Pour d’ autres qui n ont rien / pas fait grand chose avant ça ne va pas être la même !  Heureusement Bertrand notre patou pour la semaine a l habitude de gérer les troupeaux et va nous emmener gentiment tous en haut, Elena se chargeant de houspiller les trainards ( c’est moi !)… L’ avantage du rythme modéré c ‘ est que la tempête qui soufflait les panaches de neige éclairés par le soleil levant au niveau du sommet ce matin, aura eu le temps de se calmer un peu ! De quoi dépeauter presque tranquillement, mais quand même pas de casse-daller confortablement.

On trouvera une salle à manger presque abritée 500 m plus bas. Comme la veille belle vue sur un paysage qui change un peu de notre bête Mont Blanc habituel, pas mal de nuages trompeurs et j’en viens a confondre le Bietschorn avec le Finsteraarhorn, la honte ! C’est peut être pour ça le compte-rendu ?
La neige pas facile facile fera la différence entre ceux/ celles qui ont des cuisses et les autres (« les autres » c’ est moi aussi !). C’est quand même sympa et l’ ambiance est bonne ! Notre surfeur n’ayant pas l’air assez fatigué nous lui imposons le passage par les Dents de la Mort (Cf photo) histoire de le calmer un peu mais rien n’ y fait…
Tout ça permettra en tout cas à certain/es de justifier leur consommation de bière, moi je fêterai ça avec une excellente eau minérale gazeuse du Valais…

##

Mercredi 5 Avril par Angèle

Le Galehorn

8km – 802 m D+ – 2622 point sommital

3eme jour de notre raid, nous partons vers un sommet exposé est, pour tenter « une moquette décaillée » à la descente.

Arrêt à 1800 m environ pour un départ entre les mélèzes. Les stalagmites en bord de route n’ont pas fondus, signe de journée encore très fraiche!
Après une brève descente sur un sentier déneigé nous chaussons et attaquons la montée.
Arrêt obligatoire très rapidement sur les pentes au soleil pour poser gants, vestes, bonnets, etc… nous montâmes jusqu’à 2200m et passâmes sous la barre rocheuse.
Le choix était bon car une avalanche compliquait la montée plus haut. Jacques et Daniel choisirent de rester en bas et tenter le « petit col », Éléna, Christophe, Julie et Angèle continuèrent jusqu’à l’arrête Sud qui mène au sommet. Arrivée au Galehorn à 2796m, le vent nord/est souffle toujours et nous descendons dans de la neige dur. Il n’y aura pas de moquette aujourd’hui !
Nous rejoignons Daniel et Jacques avant d’entamer la descente.

##

Jeudi 6 Avril par Christophe

Désigné par Bertrand pour le résumé suite à une gamelle de ma part (plus à cause de la neige que de ma technique, forcément 😉).

Dernière sortie de la semaine, nous partons pour le Schilthorn pour 1050m de deniv sur 4,5km de projection.

Nous partons doucement tous les 7 plus le vent..les précédentes sorties commencent à se faire ressentir, nous ne sommes pas les seuls sur cet itinéraire, mais finalement les autres groupes feront un autre sommet, ce qui nous laisse quasiment seuls…avec le vent.

Sur la dernière partie de l’itinéraire 2 groupes se forment, Angèle, Julie, Bertrand et moi suivis de nos 2 doyens (j’aimerais avoir la même forme à leur âge) et Elena.

Nous abandonnerons les skis près du sommet pour finir à pieds et enfin pouvoir contempler le panorama.

Reste plus qu’à profiter de la descente interrompue pour la pause repas qui doit être à 12h12 selon Bertrand 😉.

La seconde partie fut plus rapide, sûrement à cause de l’envie de profiter de la bonne bière de l’hospice, ça y est je la tiens mon excuse pour ma gamelle, c’est à cause de l’échappée qui est aussi le nom de la bière.

##

C’en est fini de la séquence montagne mais pas des vacances. Nous redescendons à Brig où nous passons une sympathique soirée en visitant la ville et en profitant d’une fondue suisse de bonne facture.

Vendredi 7 Avril, un dernier jour où nous avons su profiter de divers charmes du secteur: destination Lavey-les-bains pour bains à 38°C, sauna et hammam puis direction Martigny pour une pause à la brasserie qui produit « l’Echappée » et achat de quelques cartons. Ensuite on prend la route pour Chamonix et Annecy.

Catégorie: Vie du club, Ski de randonnée

Laissez un commentaire

Qui boit la Chartreuse... emballe la Skieuse !