Grand pic de la Lauzière

Publié le 15 avril 2024 par Paulin

Ça gaz au GPL !

Un isotherme 0°C annoncé au-delà de 3500 m. Un voile nuageux et un air chargé de sable du Sahara. Deuxième jour à 25°C en ce début avril.
Les planètes étaient alignées pour aller à la plage.

Mais sans peur (et quand même un peu d’appréhension), nous nous dirigeons vers Celliers en Lauzière, les skis dans les voitures. 8 individus qui refusent l’évidence se sont levés tôt.
Avril reste le mois du ski de printemps !

En arrivant à Celliers, certains diront : « pas âmes qui vivent » mais aujourd’hui, « pas de neige qui fonde ». Alors nous continuons en voiture, passant outre la signalétique, sur la route du col de la Madeleine jusqu’au bas de la combe des Plans.
Le début de l’aventure au Grand pic peut enfin commencer… skis aux pieds.
Par la route nous atteignons la combe de la Valette que nous remontons, parfois les skis à la main, dans une neige molle et humide. Les chamois sont en nombre et les skieurs quasi absents.
Vers 2200 m, une petite croute se fait sentir sur la neige et nous continuons notre avancée jusque sous le grand pic. Une tentative crampons /piolet sur 10 m nous fait vite comprendre que le sommet sera pour une autre fois : passage exposé, raide, neige toujours peu portante.

La descente de rêve peut alors commencer ! Mais du rêve à la réalité, il n’y a qu’un virage !
Les pentes nord du sommet que nous pensions les meilleures sont médiocres.
On arrive quand même à se faire plaisir malgré la neige lourde : le vieil adage du Gums refait son apparition : « Quand c’est mou, parfois, c’est dur ! ». On repeaute pour atteindre le col de la Valette et la combe des plans.
Enfin une vraie pause casse-croute avant les dernières pentes.
La suite, c’est une descente inespérée dans une moquette à poils longs ! Nous faisons la trace !
Et à la fin, on arrive skis aux pieds à la voiture…certes, à la toute fin, ça colle un peu sous les spatules.
Cette sortie, une bien belle surprise, dans une combe habituellement sur-fréquentée.

La suite n’est qu’une longue errance à la recherche d’un bistrot ouvert que nous finissons par trouver dans la vallée à La Bathie. Retour à 28°C à Annecy, la plage et les tongues…

Les protagonistes : Daniel, Jacques, Claire, Hélène, Jean-Baptiste, Malika, Guillaume et Sévak
Rejoints par Hélène, Sébastien et consorts !

 

Catégorie: Nos dernières sorties, Ski de randonnée

Un commentaire

  1. Et plus c’ est plus mou plus c’ est plus dur !

Laissez un commentaire

Quand tu randonnes en calebute... c'est le but ! (Jessica L)