Dimanche 08 avril 2018 La combe de Grand Crêt…. mais pas que…

Publié le 8 avril 2018 par Virginie V.

Alors déjà, il n’y aura que peu de photos, parce que c’est pas comme si on avait le temps de s’arrêter nous J (sauf pour boire des canons…)

Une petite troupe de motivés se retrouve ce dimanche matin à 7h sur le parking du petit port…

Au rendez-vous : Jacques, Stéphane, Guillaume, Clémence et Agnès.

En route pour… les confins ? mmm… non, plutôt la colombière ?

Jacques est en pleine hésitation…

Bon allez, c’est décidé on va aux confins ! Direction les combes des Aravis !

Arrivés sur le parking… on est pas très nombreux en ce dimanche matin, ce qui est plutôt inhabituel.

On se décide donc pour la combe Grand Crêt.

Allez hop, on met les chaussures, le sac sur le dos, et c’est parti !!!

« C’est à vous la voiture ? »

« Euh oui, pourquoi ? »

« La porte arrière est ouverte, c’est normal ? »

« Ah, oui, non, c’est pas fait exprès ça… »

Allez, c’est reparti !

Petit check ARVA… c’est bon tout fonctionne (ou presque… mon ARVA fait des siennes et passe de 80% à … 0%… bon, c’est pas comme si y’avait un fort risque d’avalanches…)

On démarre la montée, et on croise 2 pisteurs qui redescendent car ils ne le sentent pas…

Bon, avec mon ARVA au mieux de sa forme, ça va bien se passer!

On monte tranquillement (pour s’échauffer). C’est bien la neige est déjà décaillée, ça sera fait pour la descente…

Devant les conditions plutôt encourageantes, on décide d’aller jusqu’au sommet de tête Pelouse. (On a trop tendance à oublier que dans les combes des Aravis la conversion est de rigueur… )

Petit débriefing au sommet sur la « mode » en ski de rando (c’est important le style en ski de rando.… J).

 

Et là… croyez moi ou pas… mais la descente fut exquise ! Un festival pour les spatules !

Jacques nous a tous impressionnés par son style, des dings et des dongs avec une souplesse et une agilité hors paire, passage de barres rocheuses (et non aux céréales) avec un 360° et un atterrissage sans faute…  c’était comme dans un rêve !

J’ai bien évidemment voulu en faire autant, mais faute de pratique, j’ai essuyé une (petite) chute, ce qui me vaut l’honneur de ce compte rendu (bien qu’il n’y ait aucun témoin au final !).

Retour au parking après cette descente de malades !

On s’arrête boire un verre en terrasse aux Confins, au soleil ! Petite pause…

Bien naïf est celui qui pense que la journée s’arrête là !

On se répartit en 2 groupes :

– un premier groupe (Jacques, Stéphane et Clémence) récupère leurs vélos (oui, nous avions pris les vélos dans la voiture pour la suite des aventures !!! c’était donc assez important de fermer la portière) et part direction de la Tournette ! On passe la seconde après l’échauffement…

– Guillaume et moi-même récupérons aussi nos vélos, direction la Tour de Salvagny pour récupérer le bateau à moteur.

Et hop, on tracte le bateau en vélo… oui, de la Tour de Salvagny à Annecy…  et si je vous le dis !

Rendez-vous au lac pour une session wakeboard en fin de journée avec le reste du groupe!  Et un petit apéro sur le lac !

La classe à Dallas !!!

 

Pff… suis crevée moi !

Mais à refaire sans hésitation !

Agnès

Catégorie: Nos dernières sorties, Ski de randonnée

5 commentaires

  1. Bulletin d alerte emis par les professionnels de la montagne ce week-end concernant les risques forts d avalanche. Risque 3 évoluant 4 avec des conditions de neige à ” genou” Est ce vraiment pertinent de publier de telles sorties sous la responsabilité du GUMS ?
    Petite info. Serge C. est hospitalisé. Double frature tibia péroné . Neige difficile à la Sambuy….

  2. 100% véridique!! 😀

  3. Bonjour Jean-Francois,

    Le but d’une association de montagne est de proposer des sorties en milieu montagnard, non aseptisé et donc dangereux, à ses membres. Son devoir est de tout mettre en œuvre pour que ces sorties se passent avec un niveau de sécurité maximale.
    Ces 2 éléments sont parfois antinomiques. Tout l’art de la pratique de la montagne consiste à trouver le bon réglage entre ces 2 points.
    Le GUMS Annecy, pour répondre à son but et à son devoir forme des membres motivés et, le moment venu, leur accorde sa confiance. Ces membres, devenus encadrants, ont à leur tour les mêmes but et devoir que le club.
    Dans le cas qui nous intéresse, le récit est théâtralisé et il est complexe de sortir le vrai du faux. Il apparait néanmoins que les choses ne se sont pas faites sans réflexion, l’itinéraire a été adapté, l’observation des conditions a permis de juger acceptable d’aller au sommet, la descente fut bonne (ou est-ce du second degré?)…
    En tout état de cause, il nous semble bien difficile d’affirmer que cette sortie était trop dangereuse alors que nous n’y étions pas et toi non plus.
    Il ne faut pas oublier que la vérité d’un jour n’est pas celle du lendemain et que celle d’une pente n’est pas celle de sa voisine.

    Nous sommes bien désolé pour Serge et lui souhaitons un prompt rétablissement. Par contre il serait souhaitable que tu retires le nom de famille de Serge de ton commentaire sauf s’il t’a explicitement autorisé à le citer.

    Le comité directeur, le responsable ski de rando

  4. Bonsoir,
    merci de votre réponse et juste préciser peut-être mon interrogation.
    La questionnement n etait pas tant sur la compétence des accompagnants sur le terrain le jour j à evaluer la risque et la conduite à tenir et oû je n ai pas de commentaire légitime à faire mais porte, bien en amont, sur la publication d une sortie par risque 4. A ce niveau de risque bien malin celui qui peut affirmer que ca ne va pas tomber. L ego comme l avalanche peut tuer…
    Il me semble pas si incongrue en tant qu adhérent d attendre de la part d une association qu elle delivre un message de prevention sur les risques encourues d une sortie par risque 4 au dela de la possession d un materiel de secours et de la convivialité que chacun apporte à la sortie. Par ailleurs j ai beaucoup apprécié l investissement et la compétence des encadrants sur les formations Arva, recherche…etc.
    Mais et dis autrement , je suis inquiet sur le fait que les personnes sous la responsabilité d une personne faisant autorité fassent l expérience heureuse d une sortie par risque 4 et pensent que même bien équipés et bien encadrés, on peut sortir non pas sans risque mais sans danger, à ce niveau de risque. Puisque que le “chef “dit que c est bon c est que c est bon! A mes yeux il fait autorité donc j y vais sans danger et peut valider mes prochaines sorties à ce niveau d engagement. Au regard des derniers événements avec des guides ou pas, la réalité me semble plus noire.
    Avec Kilian Jornet et Salomon la part de leur responsabilité mediatique s était déjà posée avec certains comportements de traileurs en haute montagne.
    Pour conclure je re-precise? que mon propos n est pas de remettre en question la liberté de chacun de faire les sorties qu il veut au niveau d engagement qu il veut ni surtout de les commenter dans un espace public…
    Pour serge mea culpa je m en expliquerai en temps voulu avec lui.
    Au plaisir de débattre sereinement avec vous et d autres sur ces questions dont je n ai pas de vérité à énoncer. Que des doutes.
    Cordialement.

  5. Merci Agnès pour ce compte rendu aussi exhaustif qu objectif !!

Laissez un commentaire

Êtes-vous un humain ? Répondez à l\'équation ci-dessous : * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Ce que je préfère dans le vin chaud ... ce sont les oranges !! (Daniel M.)