Épopée dans la Clarée, un week-end de solstice d’été !

Publié le 23 juin 2020 par karine

Ce week-end du 20-21 juin 2020, j’ai fait ma première… randonnée avec le Gums !

Comme quoi, il n’y a pas d’âge pour découvrir les vraies choses de la vie. Le message envoyé par Karine était  « vendeur » : épopée, Italie, antipasti, accent chantant des gardiens italiens et tutti chianti… prometteur. Mais j’étais loin d’imaginer que cette virée se transformerait en véritable… quête du Bonheur !!!! Oui… et je pèse mes mots.

Alors c’est vrai qu’au départ, pour les non-initiés, ça peut paraître un peu déconcertant : nous avions rendez-vous samedi matin au parking des Marquisats. J’arrive la 1re avec en tête ma lointaine expérience de randonnées avec un club de Montagne… comment il s’appelait déjà ce club… je crois qu’il n’existe plus aujourd’hui… le PAF ou… TAF…  ou un truc comme ça… mais… à 8h00, tous ces lointains souvenirs ont volé en éclat ! Une berline noire aux vitres teintées s’avance lentement sur le parking, la vitre se baisse et là apparaît Cat Woman aux yeux verts ! Karine ! Autour d’elle, 24 678 livres savamment agencés dans l’habitacle… nous commençons donc par une PPG originale : transvaser les ouvrages dans les autres véhicules, car même si la voiture de Claire est rouge… nous préférons la grosse berline de Karine pour aller en Italie.

8h12, l’équipe est prête pour le départ ! Au volant : Claire au blouson de cuir et aux Crocs Maxi Race, co-pilote : Karine Cat’s Eyes aux reflets d’or, derrière : Guillaume, L’Homme de la situation, Valérie, plus connue sous le nom de fulguraupoint (Val est devenue bionic du poignée au cours de ses dernières aventures gumistes) et moi-même, la doyenne bleue.

Sur la route, au son de « voyage en Italie » de Lilucub, Claire ronge son frein… juste 2 ou 3 appels de phares, quelques virages au frein à main et nous arrivons intacts au parking du Lavoir à Valfrejus pour débuter notre randonnée par une douce montée au col de la Vallée étroite. Ciel bleu, paysage verdoyant et ouvert, très belles conditions de mises en jambe. Au col de la Vallée étroite, le groupe entreprend une ascension de la croix en bois totem du col… probablement un rituel gumiste… s’en suit pique-nique au soleil, sieste ; Claire sort alors un ouvrage de philosophie (je précise… éditions Hachette (1)… le must en la matière 😊)… et nous interpelle d’une voix douce et suave sur quelques sujets débonnaires tels que… « La finitude est-elle constitutive de l’humanité ? » ou bien « Le bonheur, un idéal non de la raison mais de l’imagination, fondé uniquement sur des principes empiriques, dont on attendrait vainement qu’ils puissent déterminer une action par laquelle serait atteinte la totalité d’une série de conséquences en réalité infinie ? »… ces discussions de comptoirs (de gumistes) nous mettent en jambe pour aborder la descente vers le refuge I Re Maggi que nous atteignons après avoir côtoyé torrents, champs de fleurs et senteurs de serpolet.

Cat’s eyes ne nous avait pas menti : au cœur du hameau des Granges, le refuge est charmant, accent chantant des gardiens, antipasti, polente, spritz, chianti, limoncello, tiramisu… et tout ça, quasiment rien que pour nous ! Pour finir, Guillaume nous fait partager une rasade de Genepi, parce que certes, l’Italie… c’est bien… mais on est quand même de la Yaute ! Et puis hop, dodo.

Le programme du lendemain s’annonce sous les meilleurs hospices, même si les traces apparentes de virages à ski dans la neige sur une face du Mont Thabor font couler quelques larmes sur les joues de certain(e)s… Claire, rend le split au monsieur…

Nous partons pour le tour du Grand et du Petit Séru, en passant par le col des Méandres puis redescente et pique-nique au Lac de Peyron ! Magnifique, toutes les faces de ce Séru sont belles et offrent une vision très différente en fonction de notre point de vue ! Le Lac est translucide et offre des reflets aux résonances glaciaires ! Ciel bleu, soleil et vent frais nous accompagnent tout au long de notre journée. Nous rejoignons en début d’après-midi le col de la Vallée étroite ! La boucle est bouclée et nous redescendons vers le parking du Lavoir en se frayant un chemin entre les marmottes dodues qui volent par-dessus les sentiers (il restait du Genepi dans la fiole de Guillaume à midi).

Nous retrouvons notre berline noire pour un retour chez nous apaisés et comblés…

Et alors ? Cette quête du bonheur ?

« Les hommes pensent que le bonheur se trouve au sommet de la montagne alors qu’il réside dans la façon de la gravir. »~Confucius Gumiste

Et Merci donc à Karine pour cette belle virée dans La Clarée et à toute l’équipe pour l’ambiance, la bonne humeur et la hauteur d’esprit !

Mangia bene, ridi spesso, ama molto et….ne rien attendre 😊

(1) Non non Karine, on ne modifie pas le texte 😊

Audrey

Catégorie: Actus, Randonnée pédestre

Laissez un commentaire

En Haute-Savoie, rien ne perd, rien se crée, tout se boit.