La Goenne enchantée : Poudre, Moquette et prestidigitation.

Publié le 21 février 2021 par Philippe

Deux compte-rendus pour la même sortie me direz-vous ?
Que néni ! Il y avait bien deux groupes ce jour, motivés par le même objectif, voyez donc :

Il est 6h45, la lumière rose-bleutée de l’aube dévoile les cimes de la Tournette et du Sulens.

Il n’y a pas un nuage dans le ciel et les faces Sud des reliefs commencent déjà à être bien dégarnies sous l’effet de l’ensoleillement exceptionnel de ces derniers jours : une parfaite journée de ski de printemps qui se profile.

Sylvie, Fanny, Gérald, Audrey, Léonard et moi même, l’esprit embrumé par l’heure matinale, essayons de nous projeter dans la course conçue par notre Gourou ces cimes : Bertrand. Nous avions tous entendu lors du briefing de la veille quelques mots clés « Porthets, Charvin, Lac, Goenne », autant d’objectifs intermédiaires qui allaient motiver le groupe à persévérer pour les découvrir tous !

Bertrand donne le tempo, nous monterons aujourd’hui en allure de « Sénateur-Guide »

Pour entamer la symphonie, nous sortons bien vite les couteaux qui s’avèrent aussi performants sur la neige regelée que dans les traversées de sous-bois sec, sur les aiguilles de pins.

La combe à l’avion, le cul d’ugine, le Charvin (et un autre groupe de gumistes !) en vue, nous nous engageons dans la montée vers le col des Porthets. Le regel a été fort et les couteaux sont toujours les bienvenus pour atteindre le premier objectif de la journée.

A notre arrivée au col, Bertrand à le sourire au coin des lèvres, la descente vers Manigod depuis les Porthets, orientée plein Nord semble avoir obéi à ses incantations : un soupçon de poudre persiste et nous incite à descendre dans la combe plus que de besoin pour rejoindre ensuite le lac du Mont Charvin.

Arrivés en surplomb du lac, la Goenne, la face Nord du Mont Charvin et son impressionnant couloir se dégagent.

Nous gravissons sans plus tarder la Goenne pour atteindre le panorama majeur de la sortie (et le groupe de joyeux gumistes qui s’y trouve déjà).

Notre chaman consulte ses pairs sur la meilleure stratégie de descente à adopter et indique ressentir personnellement un fort champ magnétique en provenance de la rive Est du lac, lui évoquant la présence de très bonne neige à skier. Insensible à ces propos d’un fondement douteux, Luc s’engage sans plus attendre dans une série de virages sautillants dans une neige qui semble pas avoir fondue face au caractère chaleureux des joyeux gumistes.

En attendant que la neige transforme, nous observons plusieurs skieurs dans la couloir NE du Charvin dont un se lance dans un fou numéro de cabrioles peu orthodoxe.

Notre pause repas terminée, suivant ses sens en alerte, Bertrand nous amène sur les traces de la pente sur laquelle nous avons dessiné les plus beaux virages de la sortie. Un sacrifice devait bien être payé pour un maraboutage d’une telle efficacité : voici tout d’abord un de mes skis puis ma gourde qui dévalent la pente alors que je me préparais attentivement, par miracle, sur quelques mètres uniquement !

Encore une dernière transition et nous descendons à présent vers notre point de départ.

La combe Ouest des Porthets a bien pris le soleil et les virages s’enchainent sur une moquette de qualité.

Notre grande cavalcade s’achève avec un une équipière supplémentaire : Prune semble avoir perdu son maître (qu’Audrey ne tarde pas à identifier) et nous suit sans broncher jusqu’au parking où miracle, son maître l’attend !

Une magnifique sortie, un équipe à la motivation inébranlable et bien d’autres miracles, pas de doute, il y a un chaman derrière tout ça, merci Bertrand !

Catégorie: Ski de randonnée

Laissez un commentaire

Cette neige là... elle te colle à la moustache !! (CedriK)